Turniej Tłumaczy 2004

Ewa Lipska
O czym myśli dziewczyna na lekcji gramatyki języka polskiego

Des pensées d’une jeune fille pendant la leçon de grammaire polonaise

Il apparaîtra le treize Novembre. Ou n’importe
quel autre jour.
Il surgira d’un cliché de revue illustrée
avec un short serréde rigueur pour l’été.
Ou bien d’un écran. Avec un crépuscule a la Godard
et une rose sauvage qui pour nous fera les dialogues.

Nous voguerons vers une île
que nous auront dessinée sur la carte.
Dans notre chambre double qui tanguera
comme un navire dans les nuages.
Qui de nous sera
sauvé?
(La jeune fille se plonge dans cette idée
avec une bovée de sauvetage autour du cour).

La maitresse porte des chaussettes rouges
sur des jambes qu’elle étire nonchalament en avant.

Comme si elle avait compris l’égémonie du temps
et la solennité de la pensée.
Alarme imaginaire. Battement du cour.
Etat subfébrile de la nuit. La nuit: forme du temps.
Forme du temps futur
composé des formes personnelles: je vais tu vas
nous allons vous allez ils vont
ainsi que de la forme infinitive: aimer.
Je vais aimer.

Przetłumaczone na język francuski przez:
Marion Marchal (Francja)

Accessibility